Un choc affectif que rencontrent les voyageurs quand il y a un grand décalage entre les idées qu’ils se sont fait de la destination et la réalité. Une fois arrivée sur le lieu de destination, ces voyageurs hallucinent et attrapent même un comportement paranoïaque. Il y a différents types de syndromes du voyage selon la destination choisie du voyageur. Le syndrome à Paris, en Inde, à Jérusalem, à Venise.

Le syndrome du voyage à Paris

Certains japonais classent la ville de Paris comme idéale et ont une vision d’une ville romantique à l’Amélie Poulain. Leurs attentes de cette ville c’est d’avoir une énorme plongée dans une publicité de luxe. Grande fût leurs déception face à des rues sales, des gens taciturnes, des gens peu accueillants, cadences de vie abusives, les métros et les bus bondés …. Ce sont là les syndromes de ces voyageurs japonais.

Le syndrome du voyage à Jérusalem

66 % des juives et 33% des chrétiens qui ont fait un voyage en Jérusalem ont connu ce syndrome dans ce pays à caractère d’une forte émotion religieuse. Une quarantaine de personne sont hospitalisées à cause des syndromes du voyage. La déclamation de la bible une idée fixe de purifier le corps, la formulation de sermons …

Le syndrome du voyage en Inde

En espérant le mysticisme en Inde, les voyageurs étaient confrontés à la pauvreté de l’Inde. Ce qui n’était pas le cas dans les brochures de publicité au départ. Dans de tel cas, les voyageurs reçoivent un choc et/ou syndrome qui peut provoquer une sérieuse angoisse.

Le syndrome du voyage à Venise

Face à la beauté exceptionnelle des œuvres d’art de la ville de Venise, une émotion des plus grandes était ressentie. L’on s’attendait à voir une vieille ville avec des structures vétustes mais c’est tout à fait le contraire. Voilà le syndrome des voyageurs submergés face à la richesse des œuvres d’art de Venise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *